La santé en toute simplicité !
Grace à l’alimentation vivante !

ALIMEN'TERRE

En savoir plus
philosophie

PHILOSOPHIE

Notre Raison d’être

Permettre aux gens à devenir maître de leur santé et vitalité.

Notre Vision

Crée une société de personnes responsable et en bonne santé
Pour les générations suivantes.

Nos valeurs

Energie Positive
Faire une différence, un monde meilleur
Sincérité
Conviction
Tête, Cœur et Tripes
Amour

seminaire

SÉMINAIRE

 

mars, 2016

Trier

Pas d'évènement

 
coaching

COACHING

Si vous souhaitez en savoir plus sur le programme, merci de me contacter !

PAR ICI !

videos

VIDÉOS

articles

ARTICLES

Un Secret de Longévité Par B. Kamenetzki

En 1923 étant au collège, un étudiant Chinois qui faisait son tour d’Europe pour se perfectionner en langues, étais quelque temps parmi nous. Il s’était pris de sympathie pour nous et, un jour il me conta une histoire qui me sembla étrange, lointaine, irréelle…

<< Je vois que tu affectionnes les fruits et la salade. J’ai tout lieu de croire que cela est très bien du moins si j’en juge pas mon parent de Kaï Hsien. Comme toi, il aime les fruits, les salades, les légumes crus, le soleil, l’air pur. Il mange très peu, fait un seul repas par jour vers midi, et ce repas, il le mastique et l’insalive longuement, parfois pendant une bonne heure. Ce repas se compose par exemple de 2 pêches, le lendemain d’une petite salade bien tendre, fraichement cueillie et d’un petit bol de riz complet peu cuit ; le 3ème jours de 2 pommes ; le 4ème jour de quelque feuilles de choux et de 5 amandes ; le 5ème jour de 3 pommes de terre peu cuites et d’une petite laitue…etc ; a noter que le jour où il ne se sent pas faim, il ne mange pas. Cet homme connaît des tas de choses : il sait utiliser l’eau, le soleil, le magnétisme de la terre et des arbres. Son jardin est une merveille. Il y passe des heures immobile au pieds d’un chêne dont il s’imprègnent de la vitalité, alternant l’ombre et le soleil. Sais-tu pourquoi mon parent mange si peu ? C’est parce qu’il se dépense physiquement très peu : passe de son lit à son jardin. Et pourquoi se dépense-t-il physiquement très peu ? parce qu’il a… 243 ans.>>

Par la suite, j’eus l’occasion de lire, à ce sujet, plusieurs articles dans des revues japonaise. Cet homme née de parents morts très âgés, possédait déjà à la naissance un capital vital élevé, capital qu’il sut garder, économiser. Sa profession d’apothicaire l’incita de bonne heure à mesurer quantitativement ses aliments, à les limiter aux besoins de son organisme. S’il fabriquait pour ses compatriotes des élixirs très prisés, il déclarait n’avoir jamais utilisé pour son propre compte aucun médicament. Il déclara dans une revu nippone en 1930 : « Je suis sage. Mon secret est de vivre conformément aux lois de la nature. Je mange très peu, une nourriture naturelle, provenant de mon jardin… » En 1880 lui fut décernée par le gouvernement Chinois, une médaille attestant son 200ème anniversaire. Jusqu’à l’âge de 150 ans environ il exerça son métier d’apothicaire avec une activité tout à fait normale. Puis il se retira dans la solitude de son grand jardin, à l’aire pur, vivant au rythme de la nature, réduisant progressivement sa nourriture de qualité impeccable à ses besoins réels qui, à la fin de sa vie, étaient très réduits, justifiaient la prise d’un seul repas quotidien. Il mourut après une courte maladie, en toute lucidité, sans souffrances, comme une lampe s’éteint naturellement après épuisement de son combustible.

A la lumière de cet enseignement, nous pouvons affirmer que, toutes conditions étant égales, un individu aura le maximum de chances de vivre longtemps, en rapport avec ses forces vitales, s’il parvient à utiliser habilement ses connaissances de la vie saine, avec la volonté de suivre indéfectiblement cette règle : limiter quantitativement une nourriture correcte (c’est à dire composée d’aliments conformes aux lois de la physiologie humaine, et dans des combinaisons corrects aux besoins réel de son organisme) Il appartient maintenant au lecteur de méditer l’enseignement de cet exemple et, s’il s’en sent le courage, de l’intégrer dans son mode de vie.

CONTACT